Comprendre la peur de l’intimité en 10 minutes ?

La peur de l'intimité ou comment saboter inconsciemment ses relations amoureuses ?

La peur de l'intimité, aussi parfois appelée évitement de l'intimité ou anxiété d'évitement, se caractérise par la peur de partager une relation émotionnelle ou physique étroite. Les personnes qui éprouvent cette peur ne souhaitent généralement pas éviter l'intimité, et peuvent même aspirer à la proximité, mais repoussent fréquemment les autres ou même sabotent néanmoins les relations. La peur de l'intimité peut provenir de plusieurs causes, y compris certaines expériences de l'enfance telles que des antécédents d'abus ou de négligence. Surmonter cette peur et cette anxiété peut prendre du temps, à la fois pour explorer et comprendre les problèmes qui y contribuent et pour s'entraîner à permettre une plus grande vulnérabilité. Dans cet article, nous vous invitons à mieux comprendre la peur de l'intimité, comment la surmonter et comment se comporter avec une personne qui a des problèmes à s'exprimer dans leur intimité.
La peur de l'intimité

Qu'est-ce que l'intimité ?

L’intimité fait référence à la capacité de partager véritablement votre véritable identité avec une autre personne et se rapporte à l’expérience de la proximité et de la connexion. Certains définissent différents types d’intimité, notamment :

  • Intellectuel : La capacité de partager vos pensées et vos idées avec un autre
  • Émotionnel : La capacité de partager vos sentiments les plus intimes avec un autre
  • Sexuel : La capacité de partager vos préférences sexuelles
  • Expérientiel : La capacité de partager des expériences avec un autre
  • Intimité spirituelle : La capacité de partager vos croyances au-delà de vous-même, dans une puissance supérieure ou une connexion individuelle aux autres et au monde

La peur de l’intimité peut impliquer un ou plusieurs de ces types d’intimité à des degrés divers.

Qu'est-ce que la peur de l'intimité ?

La peur de l’intimité est distincte de la peur de la vulnérabilité , bien que les deux puissent être étroitement liées. Une personne qui a peur de l’intimité peut se sentir à l’aise de devenir vulnérable et de se montrer au monde au début, mais il y a souvent des limites à la vulnérabilité qu’elle s’autorise à être.

Pour quelqu'un qui a peur de l'intimité, le problème commence souvent lorsque la personne trouve que les relations deviennent "trop ​​​​étroites".

Quelles sont les causes de la peur de l'intimité ?

Les peurs de l’abandon et de l’engloutissement et, en fin de compte, la peur de la perte sont au cœur de la peur de l’intimité pour de nombreuses personnes, et ces peurs peuvent coexister. Bien que les peurs soient différentes les unes des autres, les deux provoquent des comportements qui attirent alternativement le partenaire puis le repoussent à nouveau.

Ces peurs sont généralement enracinées dans les expériences passées de l’enfance et déclenchées par l’ici et maintenant des relations adultes, ce qui conduit à la confusion si une personne se concentre sur l’examen de la relation uniquement en fonction des circonstances actuelles.

La peur de l’intimité peut également être liée aux troubles anxieux.

La peur de l'abandon

Ceux qui ont peur de l’abandon craignent que leur partenaire les quitte. Cette peur résulte souvent de l’expérience d’un parent ou d’une autre figure adulte importante abandonnant la personne émotionnellement ou physiquement alors qu’elle était un jeune enfant.

La peur de l'engloutissement

Ceux qui ont peur d’être engloutis ont peur d’être contrôlés, dominés ou de « se perdre » dans une relation, et cette peur découle parfois du fait de grandir dans une famille emmêlée

Les troubles anxieux

La peur de l’intimité peut également survenir dans le cadre d’une phobie sociale ou d’un trouble d’anxiété sociale . Certains experts classent la peur de l’intimité comme un sous-ensemble de ces conditions.

Les personnes qui ont peur du jugement, de l’évaluation ou du rejet des autres sont naturellement plus susceptibles d’hésiter à établir des relations intimes et personnelles. De plus, certaines phobies spécifiques , telles que la peur du toucher, peuvent survenir dans le cadre de la peur de l’intimité.

D’autres personnes, cependant, peuvent être à l’aise dans des situations sociales superficielles, comptant leurs connaissances et leurs « amis » sur les réseaux sociaux par centaines, mais n’ont aucune relation profondément personnelle.

En fait, la peur de l'intimité peut être plus difficile à détecter car la technologie d'aujourd'hui permet aux gens de se cacher derrière leurs téléphones et les réseaux sociaux.

Quels sont les facteurs de risque ?

Les facteurs de risque de peur de l’intimité remontent souvent à l’enfance et à l’incapacité de faire confiance aux figures parentales et aux soignants, ce qui peut entraîner des problèmes d’attachement. 

Les expériences qui peuvent augmenter le risque de craindre l’intimité comprennent :

  • Familles imbriquées : Bien que les familles imbriquées puissent, à première vue, sembler aimantes et solidaires, les frontières et les rôles peuvent être flous et entraîner des problèmes d’attachement, d’indépendance et d’intimité. 

  • Négligence émotionnelle : Les parents qui sont physiquement mais pas émotionnellement disponibles envoient le message aux enfants qu’ils (et par extension, les autres) ne peuvent pas compter sur eux. 

  • Perte d’un parent : Les personnes qui ont perdu un parent à la suite d’un décès, d’un divorce ou d’un emprisonnement peuvent se retrouver avec un sentiment d’abandon et peuvent avoir plus de mal à nouer des liens amoureux à l’âge adulte. Des recherches ont montré que la peur de l’abandon est associée à des problèmes de santé mentale et à une anxiété ultérieure dans les relations amoureuses. 

  • Maladie parentale : La maladie d’un parent peut se traduire par le sentiment de ne pouvoir compter que sur soi-même, surtout lorsqu’il s’agit d’un renversement des rôles ou du besoin de « jouer au parent » et de s’occuper d’autres frères et sœurs à un jeune âge.

  • Maladie mentale parentale : la recherche suggère que la maladie mentale parentale, telle que le trouble de la personnalité narcissique , peut affecter la formation de l’attachement chez les enfants, ce qui peut entraîner un attachement insécure et de mauvaises stratégies d’adaptation à l’âge adulte. 

  • Consommation de substances par les parents : Les problèmes de consommation de substances peuvent rendre difficile pour les parents de fournir des soins cohérents, ce qui peut interférer avec la formation d’attachements.
    Abus physique ou sexuel : L’abus dans l’enfance peut rendre difficile la formation d’une intimité émotionnelle et sexuelle à l’âge adulte.

  • Négligence : Les personnes qui ont été négligées dans leur enfance peuvent avoir du mal à faire confiance et à compter sur les autres, y compris leurs partenaires intimes, à l’âge adulte.

  • Violence verbale : Les enfants victimes de violence émotionnelle peuvent devenir des adultes qui craignent d’être ridiculisés ou verbalement abusés s’ils partagent quoi que ce soit avec les autres, ce qui peut entraîner une incapacité à partager et être vulnérable dans les relations avec les autres.

La peur de l’intimité est également plus fréquente chez les personnes à qui on apprend à ne pas faire confiance aux étrangers, chez celles qui ont des antécédents de dépression et chez celles qui ont subi un viol.

Les interactions traumatiques dans les relations en dehors de la famille nucléaire, comme avec un enseignant, un autre parent ou un pair qui est un intimidateur, peuvent également contribuer à une peur de l'intimité.

Bien que l’accent soit mis principalement sur l’enfance, les expériences de relations à l’adolescence et à l’âge adulte peuvent continuer d’influencer l’ouverture d’une personne à l’intimité.

Contactez nous !

Besoin de prendre soin de vous ? Besoin de faire le point sur votre situation personnelle, familiale ou professionnelle ? en présentiel ou en téléconsultation ?

Quels sont les signes et les manifestations ?

La peur de l’intimité peut se manifester de différentes manières dans tout type de relation, qu’elle soit romantique, platonique ou familiale.

Il est important de noter que les manifestations d’une peur sous-jacente de l’intimité peuvent souvent être interprétées comme le contraire de ce que la personne essaie d’atteindre en termes de connexion. 

Par exemple, une personne peut désirer fortement des relations étroites, mais sa peur l’incite à faire des choses qui causent des problèmes pour les former et les maintenir.

Ironiquement, les actions de sabotage des relations sont généralement plus prononcées lorsque la relation en question est celle que la personne apprécie particulièrement..

Pour ceux qui ont côtoyé une personne vivant avec une peur de l’intimité, ce paradoxe est particulièrement important à comprendre. La peur ne cause généralement pas de difficultés majeures à moins qu’une personne aspire vraiment à la proximité. Voici quelques comportements spécifiques qui sont couramment observés.

Rencontres en série et peur de l'engagement

Une personne qui a peur de l’intimité est souvent capable d’interagir avec les autres, du moins au début. C’est lorsque la relation se rapproche et que la valeur de la relation augmente que les choses commencent à s’effondrer.

Au lieu de se connecter à un niveau intime, la relation est terminée d’une manière ou d’une autre et remplacée par une autre relation plus superficielle. Le modèle qui émerge est celui de nombreuses relations à court terme. Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles une personne peut sembler avoir une « phobie de l’engagement » ou être accusée d’être une personne qui sort en série ; la peur de l’intimité peut en être une.

Perfectionnisme

La peur sous-jacente de l’intimité réside souvent dans le sentiment qu’une personne ne mérite pas d’être aimée et soutenue. Cela conduit à la nécessité d’être « parfait » pour se montrer aimable.

Qu'elle prenne la forme d'être un « bourreau de travail » ou d'autres manifestations de perfectionnisme, la peur a souvent pour effet de repousser les autres plutôt que de les rapprocher.

Difficulté à exprimer ses besoins

Une personne qui a peur de l’intimité peut avoir de grandes difficultés à exprimer ses besoins et ses désirs. Encore une fois, cela peut provenir du sentiment de ne pas mériter le soutien d’autrui.

Parce que les partenaires sont incapables de « lire dans leurs pensées », ces besoins ne sont pas satisfaits, confirmant essentiellement le sentiment de la personne qu’ils sont indignes. Ce schéma peut se traduire par un cercle vicieux, dans lequel le manque d’un partenaire comprenant les besoins non exprimés conduit à un manque de confiance supplémentaire dans la relation.

Saboter les relations

Les personnes qui ont peur de l’intimité peuvent saboter leur relation de plusieurs façons. 

L’acte de sabotage peut prendre la forme de pinaillerie et d’être très critique à l’égard d’un partenaire. Cela peut également prendre la forme de se rendre peu aimable d’une manière ou d’une autre, d’agir de manière suspecte et d’accuser un partenaire de quelque chose qui ne s’est pas réellement produit.

Difficultés avec le contact physique

La peur de l’intimité peut également conduire à des extrêmes en matière de contact physique. D’un côté, une personne peut éviter complètement le contact physique. D’autre part, ils peuvent sembler avoir un besoin constant de contact physique.

Comment savoir si vous avez des problèmes d'intimité ?

Faites attention aux signes suivants en vous qui peuvent indiquer une peur de l’intimité :

  • Une incapacité à exprimer ce dont vous avez besoin et ce que vous voulez de ceux qui vous entourent
  • Mauvaise communication ou évitement des sujets sérieux dans vos relations
  • Difficulté à faire confiance à votre partenaire pour des questions ou des décisions importantes
  • Une réticence à partager vos rêves et/ou objectifs
  • Saboter délibérément les relations une fois que vous commencez à vous rapprocher de l’autre personne
  • Éviter tout contact physique avec votre partenaire
  • S’abstenir d’être spontané ou aventureux dans la chambre

Comment surmonter la peur de l'intimité ?

Que vous consultiez un thérapeute ou non, il y a du travail à faire pour vaincre une peur de l’intimité que vous seul pouvez faire. Cela revient en grande partie à faire face et à remettre en question les attitudes négatives à votre égard, ce qui est essentiel si un changement durable doit avoir lieu.

Ce processus peut prendre du temps, une volonté d'accepter l'incertitude et l'effort de revoir votre vie pour découvrir comment et pourquoi vous avez développé cette peur.

Acceptez l'incertitude

Ceux qui craignent l’intimité craignent en fin de compte les conséquences d’une relation qui tourne au vinaigre. Il est important d’accepter le fait qu’il n’y a aucune garantie dans la vie ou dans les relations humaines. Chaque connexion avec une autre personne est finalement un pari. Malgré cela, les relations sociales sont un objectif moteur fondamental de l’existence humaine.

Pratiquer le courage peut faire une différence et il a été constaté que le développement d’expériences relationnelles positives peut diminuer la peur. Une mise en garde est qu’il est important de le faire avec quelqu’un en qui vous pensez pouvoir avoir confiance. Essayez de vous concentrer davantage sur la vie au jour le jour, plutôt que sur (ou avoir besoin) d’un résultat particulier.

Exprimez de l'auto-compassion

Afin de lutter avec succès contre la peur de l’intimité, vous devez d’abord être à l’aise avec vous-même. Si vous connaissez et acceptez vraiment votre propre valeur en tant que personne, alors vous savez que le rejet n’est pas aussi écrasant qu’il n’y paraît.

Vous serez en mesure de fixer des limites appropriées pour éviter l'engloutissement et faire face à l'abandon s'il se présente.

Pratiquer l’auto-compassion peut sembler facile pour certains, mais pour d’autres, ce n’est pas toujours intuitif. Il existe plusieurs excellents livres et cahiers d’exercices qui peuvent être utiles si vous ne savez pas par où commencer.

Regardez votre passé avec discernement

La plupart d’entre nous ne veulent pas penser négativement à un parent ou à une figure parentale, mais essayons d’évaluer honnêtement vos relations d’enfance dans le but de se concentrer sur les contributions possibles à votre peur de l’intimité. Pensez aux messages que vous avez reçus dans votre famille et comparez-les avec les messages que vous auriez dû recevoir.

Si vous avez eu un parent négligent, abusif ou engloutissant, reconnaître que votre relation avec votre parent n’est pas le seul modèle de relations intimes peut vous aider à réaliser ce qui pourrait être possible en termes d’intimité.

Branchez-vous sur votre dialogue intérieur

Le dialogue intérieur qui mène aux manifestations d’une peur de l’intimité est souvent profondément enraciné, et après avoir vécu toute une vie comme votre propre critique intérieur, cela peut vous sembler normal.

Plutôt que d'accepter cette critique, essayez de vous surprendre à porter des jugements négatifs sur vous-même. Regardez d'où ils viennent et défiez-les et corrigez-les quand vous le pouvez.

Regardez vos objectifs

Que veux-tu vraiment dans la vie ? Voulez-vous une relation intime à long terme? Si oui, comment avez-vous repoussé les gens dans le passé ? Prenez le temps de revoir quels étaient et quels sont vos souhaits et vos objectifs et comment vos actions les aident ou les entravent.

Donnez-vous du temps

Surmonter une peur de l’intimité ne se fait pas du jour au lendemain. Même lorsque vous sentez que vous avez gagné du terrain, vous aurez inévitablement des revers. Accordez-vous le pardon lorsque cela se produit et parlez gentiment à votre moi intérieur.

Essayez de ne pas considérer votre peur comme un défaut de caractère. Au lieu de cela, essayez de le considérer simplement comme quelque chose qui découle probablement de votre passé lointain et que vous pouvez surmonter pour avoir un avenir meilleur.

La recherche a également montré que des expériences relationnelles positives peuvent être bénéfiques pour ceux qui ont des problèmes d’intimité. Avoir de telles expériences positives peut améliorer votre capacité à former une intimité au fil du temps.

Contactez nous !

Besoin de prendre soin de vous ? Besoin de faire le point sur votre situation personnelle, familiale ou professionnelle ? en présentiel ou en téléconsultation ?

Humanisez votre vie pour une existence remplie de sens

Si c’est votre proche qui a peur de l’intimité, vous devrez faire preuve de patience. Les revers sont parfaitement normaux et à prévoir. Établir la sécurité et la confiance est de la plus haute importance pour que votre proche puisse commencer à s’ouvrir.

Gardez à l’esprit la peur de votre partenaire d’être abandonné, rejeté ou englouti lorsque vous réfléchissez à ses paroles et à ses comportements. Leur éducation peut les amener à interpréter une action d’une manière complètement différente de la vôtre.

Des rappels réguliers de votre amour, à travers des mots et des actions, sont importants. Ne présumez pas que votre partenaire « se sent » aimé. Créez plutôt un environnement qui soutient le fait qu’ils le méritent.

Plus important encore, faites savoir à votre partenaire que surmonter la peur est un effort d’équipe. Bien que vous soyez probablement curieux, il n’est pas important que vous compreniez comment tout cela a commencé. Au lieu de cela, ce dont votre proche a besoin, c’est de soutien et d’une volonté d’écouter lorsqu’il est prêt à partager.

Si vous pensez que votre relation pourrait bénéficier d’une aide extérieure, envisagez de parler à un conseiller ou à un thérapeute. Des professionnels qualifiés pour résoudre les problèmes interpersonnels et relationnels peut vous aider à apprendre à communiquer, à écouter et à faire face à certains des problèmes qui pourraient remettre en question votre relation.

Si vous êtes curieux d’essayer la thérapie de couple pour apprendre à vous sentir mieux avec vous même et avec les autres. Il est important de se rappeler que vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à changer de comportement à moins qu’il ne le veuille. Si votre partenaire n’est pas intéressé ou disposé à aller en consultation, allez-y seul et concentrez-vous sur vos propres besoins et votre bien-être.

Travailler avec des thérapeutes de couple peut être un moyen utile de résoudre les problèmes que vous pourriez rencontrer dans votre relation. Même si votre relation semble saine, il peut parfois être utile de prendre du recul et de chercher des améliorations que vous pouvez apporter ensemble. 

Les relations saines sont marquées par une capacité à reconnaître les problèmes, y compris les vôtres, qui pourraient constituer une menace pour le succès à long terme de votre relation. En étant disposé à analyser votre relation, vous pouvez travailler ensemble pour construire une relation plus épanouissante.

Amicalement

Franck & Cécile

Découvrez les Témoignages 100% Authentiques de nos clientes

Comprendre la peur de l'intimité en 10 minutes ? 6

Suivez-nous

Nos articles

Self Attitude cabinet de psychothérapie à Montargis
Institut Self Attitude

En présentiel ou en téléconsultation, nous serons à vos cotés pour vous aider à redonner du sens à votre existence.

Adresse

Institut Self Attitude

16 boulevard des Belles Manières 

45200 MONTARGIS

Tél : 0781017528

Institut Self Attitude

13 rue Eugène Piron

45200 COURTENAY

Tél : 0752026464

Courriel : contact@self-attitude.fr

Copyright 2021 Institut Self Attitude – Tous droits réservés

Confirmation

Votre demande a bien été prise en compte, nous vous rappelons dès que possible sous 48h ouvrées

Une question ? Besoin de plus d'informations sur nos accompagnements ?

Appel gratuit 15 minutes

Bénéficiez d'un entretien gratuit de 15 minutes avec Cécile ou Franck pour répondre à toutes vos questions

Les informations suivies d’un astérisque (*) sont nécessaires au traitement de votre demande et sont destinées uniquement à l’institut Selff. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et de suppression de vos données, que vous pouvez exercer suivant notre politique  de gestion de donnée.

Ne passez pas à coté de votre dernière chance de réussir votre existence !